Archive for June, 2016

Difficulties with fasting: Al Azhar Fatwas and other resources

June 6, 2016

Bismillah.  Here are some relevant resources:

 

  1. The Association of School and College Leaders (ASCL) has worked with Islamic scholars, imams, chaplains and leaders to produce an information paper for schools and colleges over the observance of Ramadan during this summer’s exams.
  2. The Practice of Fasting in the Modern World – seminar abstracts from Al Mahdi Institute
  3. Al Azhar fatwa from 2010 on “Fasting in Countries where the Nights are Short [and the Days are Long]” – detailed jurisprudence, worth a read. Mentions the 18-hour example.
  4. Al Azhar Fatwa (2015): “Fasting For Those Working in Strenuous Jobs”
  5. Fatwa on breaking the fast during Ramadan for students revising for exams (see below for Arabic text)

    Source: http://www.elwatannews.com/news/details/36353, 09/08/2012

    Question: Is it permitted for the student to break his/her fast in Ramadan to be able to revise in preparation to take exams?

     Answer: Dr. Ali Goma, the Mufti of Egypt, replied:

    It is appropriate to distinguish between a student who can handle revising with some degree of hardship and one who cannot do so at all because of fasting. It is also appropriate to distinguish between students who finds someone to sponsor him and one who works to support himself and his dependants and whose working life, essential for him to support them, will be affected as a consequence of his failure in the exam.

    If student who is mature and responsible under Sharia is in a desperate and real need to revise during the days of Ramadan such that it will affect his and his dependants’ livelihood, and he knows that most probably – by any sign or experience – that his fasting will lead to his failure due to physical weakness or will impair his academic education which is necessary to generate his income and his essential expenditure or the livelihood of his dependants, in this case it permitted for him to break his fast. This is based on what Ibn ‘Abdin and other jurists stated where they allowed bakers and people with similar occupations of manual labour to break their fast.

    It is mandatory on these students in this case to make up the missed days, because of this necessity (darurah) or the need (hajah) that is effectively a case of necessity, as soon as this emergency situation comes to an end.  It should be noted that this fatwa is based on necessity (darurah), which is always evaluated in terms of its extent and degree. The necessity here is conditional upon (i) the student being forced to revise during Ramadan and it not being possible to postpone the exams.  It is again conditional upon (ii) the near-certainty on the part of the student that he will fail if he cannot study and (iii) upon the conviction that this failure will impair or deprive him from completing his education where he will not be able to find work except through it or he will not be able to provide for his and his family’s basic needs except by obtaining it (the education). If one of these conditions is not met, fasting becomes obligatory on him and it is not allowed for him to break the fast.

    Translation by Salah al-Ansari & Usama Hasan

    اسأل والمفتى يجيب.. هل يجوز للطالب أن يُفطر فى رمضان ليتقوَّى على المذاكرة فى أيام الامتحان؟

    هل يجوز للطالب أن يُفطر فى رمضان ليتقوَّى على المذاكرة فى أيام الامتحان؟ يقول الدكتور على جمعة مفتى الجمهورية: ينبغى أن يُفرّق هنا بين من يستطيع المذاكرة مع نوع من المشقة وبين من لا يمكنه المذاكرة أصلاً بسبب الصوم، وأن نفرق أيضاً بين مَن يجد عائلاً يعوله وينفق عليه وبين من ينفق هو على نفسه أو عياله بحيث إن رسوبه سيؤثر على حياته العملية التى لا بد له منها لكسب قوته وقوت عياله؛ فإذا احتاج الطالب المكلَّف شرعاً احتياجاً أكيداً يؤثر على معيشته أو معيشة من يعوله إلى المذاكرة فى نهار رمضان، وغلب على ظنه بأمارة أو تجربة أن صومه يُفضِى إلى رسوبه المستلزم لضعفه أو عجزه عن إكمال مسيرته التعليمية التى لا بد له منها لاكتساب معيشته ونفقته الأساسية أو نفقة عياله: فإنه فى هذه الحالة يباح له الفطر؛ أخذاً بما استظهره ابن عابدين وغيره من إباحة الفطر للخبّاز ونحوه من أرباب الحِرَف الشاقة، والواجب على هؤلاء الطلاب قضاء ما أفطروه بسبب هذه الضرورة أو الحاجة التى تُنَزَّل منزلتها فور زوال هذا الظرف الطارئ عنهم. ويجب التنبه إلى أنّ هذه الفتوى إنما هى فتوى ضرورة، والضرورة تقدر بقدرها، وأنها مشروطة بكون مذاكرة الطالب مضطرّا إليها فى شهر رمضان ولا يمكن تأجيلها، ثم هى مشروطة أيضاً بأنه يغلب على ظنه الرسوب إن لم يذاكر، وهى مشروطة ثالثاً بأن هذا الرسوب سيضعفه أو يحرمه من استكمال دراسته التى لا عمل له إلا بها، أو من توفير الاحتياجات التى لا قوام له أو لعياله إلا بها. فإن عُدِم شرط من هذه الشروط فالصوم واجب عليه ولا يجوز له الإفطار.

Fatwa concernant le jeûne du mois de Ramadan au cours de l’été en Angleterre et les latitudes élevées

June 3, 2016

Bismillah al-Rahman al-Rahim 

 

Fatwa concernant le jeûne du mois de Ramadan au cours de l’été en Angleterre

 

Un certain nombre de personnes m’ont questionné sur la durée excessive du jeune pendant les mois estivaux en Angleterre.

 

Parmi celles-ci figurent ceux qui se sont mis récemment au jeûne, ainsi les personnes dans la force de l’âge ou âgées qui désirent jeûner mais ne parviennent pas à supporter les trop longs jours.

 

La durée d’une journée en Angleterre est d’à peu près 17 heures, du lever au coucher de soleil.

 

Puisqu’il n’y a pas de consensus quant au lever du soleil, la durée varie entre 19 heures et 20H05.

 

Cette durée augmente au fur et à mesure que l’on progresse vers le nord, spécialement en Écosse et Irlande du nord.

a/ Par exemple, j’ai visité Dublin en Juin 2000 : les prières du soir au Centre Islamique de Dublin (Mosquée de Clonskeagh) avaient lieu à 22H30, suivies par les prières nocturnes à minuit et celles de l’aube à 02 heures. En partant du principe que l’aube est à 01h du matin, cela donne une période de jeune de 21H30, de l’aube au coucher de soleil.

b/ En revanche, j’ai visité Stockholm en décembre 99 : le lever de soleil était à 10H30 et le coucher à 15H30. En hiver, la période de jeune est de seulement 06 ou 07 heures (alors qu’elle est de 09 ou 10 heures dans le sud de l’Angleterre).

 

Afin de réduire la période de jeune, notez que certains des Sahaba (Compagnons du Prophète), dont Hudayfa bin al-Yaman et ses héritiers mangeaient jusqu’au lever du soleil ou juste avant. Tabari et Ibn Kathir mentionnent plusieurs récits rapportant ce fait sous Coran 2:187, bien que les 2 rejettent cette pratique basée sur une lecture trop littérale (ils vivaient dans des pays aux climats modérés). Ibn Hazm approuve cette pratique dans son Al-Muhalla.

 

Les juristes ont discuté de ce point de droit concernant les latitudes élevées (tout ce qui est supérieur à 45 degrés selon Mustapha ZARQA, soit à mi distance entre l’Équateur et les Pôles). Ainsi que le Sheikh Muhammad Abduh, Grand Mufti d’Égypte le mentionne dans le Tafsir al-Manar, ils mentionnent de façon classique deux possibilités afin d’avoir des périodes plus modérées:

 

a/ Suivre les périodes des pays de la Révélation (La Mecque et Médine), tout au long de l’année, la période de jeûne y étant de 12 à 15 heures de l’aube au coucher du soleil

b/ Suivre les périodes du “pays modéré” le plus proche.

 

Abduh ajoute : “Ces deux options sont toutes deux valides puisque c’est une question de jugement (itjihad) et qu’il n’y a aucun texte équivoque à ce sujet.”

 

Vous noterez que se référer aux périodes du “pays modéré le plus proche” est équivalent au fait de suivre les “périodes modérées” de votre propre pays, c’est à dire le printemps ou l’automne, pendant lesquelles jour et nuit sont de durées similaires.

 

Abduh n’est pas le seul à prendre pareille fatwa. Il se réfère à des juristes plus anciens  de plusieurs siècles. Après lui, sa fatwa a trouvé un écho chez Mustapha Zarqa, Ali Tantawi et Jad al-Haqq, parmi d’autres. Les textes et les discussions afférents à ces fatwas peuvent être trouvés sur Internet.

 

La fatwa ci-dessus implique de séparer le jeûne de la période aube/ coucher de soleil.

 

L’esprit du jeûne est clairement “du matin au soir” et se focalise sur les aspects intérieurs sans couper les cheveux en quatre quant aux aspects externes.

 

Le fameux passage du Coran sur le jeûne 2:183-7 commence et finit avec taqwa (la conscience de Dieu) et inclut ce passage d’une sagesse mémorable: “Dieu désire que cela soit facile pour vous et non pénible … que vous arriviez au terme, magnifiez Dieu de vous avoir guidé et remerciez-le”.

 

Ce verset est en fait la base de nombreux hadiths dont le propos est de faciliter la pratique religieuse suivant le principe classique Hanafi (atteindre le bien même en opposition avec le raisonnement analogique) en accord avec 39:17-18 (cf. la première page du Kitab al-Istihsan dans le Al-Mabsut de al-Saraksi ainsi que les précisions des juristes contemporains sur Taysir (sujet facilitant), composant de l’esprit Prophétique et principe de la sharia.

 

Dans des circonstances exceptionnelles, le Prophète (la Paix soit sur lui) comprenait que “matin” et “soir” étaient relatifs aux habitudes et cultures des gens.

 

Hadith: Safwan bin Mu’attal, qui, vierge, fut impliqué avec Aïsha, mère des croyants, dans les scandaleuses rumeurs qui firent trembler Médine postérieurement à l’expédition de Mustaliq, fini par se marier. Sa femme rendit visite au Prophète et reprocha trois choses à son mari (Le Prophète défendit celui-ci et pardonna concernant les trois reproches). Une de celles-ci était que celui-ci “ne se levait pas pour la prière de l’aube et ne priait qu’après le lever du soleil quand il se levait”. Quand le prophète le questionna à ce sujet, il lui répondit que sa tribu ne se levait traditionnellement qu’après le lever du soleil et non à l’aurore. La sage réponse du Prophète fut la suivante: “Dans ce cas, prie quand tu te réveilles” (Fa idha-stayqazta fa salli, une hadith censée dans le Sunan, considérée comme authentique par Albani dans son évaluation des hadiths de Mishkat al-Masabih).

 

Ainsi, par exemple, ceux qui travaillent de nuit, œuvrant de nuit et dormant la journée, devraient jeûner pendant la nuit, la nuit étant devenu le jour pour eux et inversement. Le Coran qui encourage le jeune pendant la journée déclare de la même façon que la nuit est réservée au sommeil et le jour au travail (exemple: 78:9-11).

 

Un sheikh Azhari me suggéra récemment que 12 heures de jeûne étaient suffisantes, cela étant fondé sur la durée moyenne d’une journée: Ceci est vrai pour une journée durant du lever au coucher du soleil, quel que soit l’endroit sur Terre. Si on utilise la durée aube-coucher du soleil, on a des périodes de jeune de 13-14 heures. Notez que cette approche implique de conserver un jeune de même durée, sans rapport avec la saison pendant laquelle tombe le ramadan. En hiver, le jeûne serait bien plus long que si on se conformait à la période aube-coucher du soleil et certain d’entre nous suivent cette approche. Ceci fait référence au “jeune continuel” (sawm al-wisal où le jeûne continue la nuit): le Prophète le pratiquait pendant plusieurs jours d’affilée mais ne l’autorisait pas à ses disciples, à moins que ceux-ci soient certains d’en être capables.

 

Je suis informé que les musulmans de Norvège utilisent une période de 14 heures pendant l’été.

 

Un cas à part devra être fait du jeûne de 16 heures, fondé sur le point de vue de l’Imam Ghazzali suivant lequel le maximum qu’une personne soit dormir pendant une nuit est un tiers de la journée et de la nuit, à savoir 08 heures.

 

Insister sur le fait que ceux qui sont incapables de compléter de longs jeûnes devraient les faire à un autre moment est équivalent à déplacer le Ramadan de l’été vers l’automne, l’hiver ou le printemps.

 

CONCLUSION / FATWA

 

Que toutes nos louanges soient adressées à Dieu, La Paix et les bénédictions soient sur les Messagers de Dieu.

 

1/ Ceux qui veulent se conformer à la période aube-coucher du soleil, soit des jeûnes de 18 à 21 heures et peuvent le faire sans risque sont libres de le faire.

2/ Ceux pour qui cela est insupportable ou qui sont d’avantage convaincus par une approche non littérale de “matin jusqu’au soir” que par une approche littérale “aube jusqu’au coucher de soleil” peuvent jeûner pendant 12 ou de façon préférable 14 à 16 heures, commençant à l’aube, lever du soleil ou même leur déjeuner matinal habituel (petit déjeuner!). Ces horaires modérés sont fondés sur des fatwas de juristes vieilles de plusieurs siècles pour des latitudes élevées.

3/ Quelle que soit la période pendant laquelle une personne jeûne, elle ne doit pas se sentir supérieure aux autres. L’esprit du ramadan et du jeûne incluent la conscience de l’existence de Dieu, la patience, la persévérance, la gratitude, la prière, la vénération, la charité, la générosité, l’humilité, la purification de soi, le développement personnel, le fait d’aider les autres, la pitié, la compassion, le pardon, le fait de baisser les yeux (de ne pas adresser de regards lubriques à d’autres et n’avoir dans le cœur que Dieu), et le souvenir et l’amour de Dieu.

 

Puisse Allah le seul et l’unique possesseur d’une infinité de beaux noms, bénir l’humanité pendant ce mois et nous couvrir de sa grâce.

 

Sheikh Dr. Usama Hasan (Londres, Grande Bretagne)

 

1er Ramadan 1435/ 29 juin 2014 (updaté 6ème Ramadan, 4 juillet)

 

Traduit par Maître Charles Emmanuel Herbière

 

aussi: http://oumma.com/220871/fatwa-ne-parviennent-a-jeuner-cours-de-l-ete-angleter